Alexis Hazard au cabaret

Alexis HAZARD: Comment devient-on magicien?

Lors de sa venue au Cabaret de Licques, nous avons rencontrĂ© Alexis HAZARD autour d’un cafĂ©, illustre magicien connu pour son incroyable dĂ©fi rĂ©alisĂ© Ă  la coupole Ă  Helfaut. Il nous livre une partie de ses secrets pour devenir magicien.

MAGICIEN, C’EST UNE PROFESSION ATYPIQUE ?

Je fais des spectacles depuis l’Ăąge de 16 ans mais ça n’est que depuis l’arrĂȘt des Ă©tudes que je suis artiste rĂ©ellement.
AprĂšs mon BAC, j’ai fait un BTS force de vente Ă  ArmentiĂšres, mais j’ai toujours plus ou moins fait de la magie, çela n’est pas arrivĂ© soudainement. A la suite de mon BTS j’ai intĂ©grĂ© l’ISEG Ă  Lille oĂč j’ai validĂ© un Bac +4 en communication. Pendant longtemps j’ai conciliĂ© les Ă©tudes avec le spectacle. Le fait d’avoir travaillĂ© trĂšs tĂŽt avec des producteurs m’a permis d’effectuer mon nombre d’heures rapidement et ainsi d’acquĂ©rir le statut d’intermittent du spectacle dĂšs la sortie de l’Ă©cole.

LA MAGIE C’EST UNE HISTOIRE DE FAMILLE ?

Je suis issu d’une famille d’artiste, « un enfant de la balle », mon pĂšre Ă©tait magicien tout comme mon grand pĂšre, j’ai dĂ©couvert trĂšs jeune l’univers de la magie. DĂšs l’Ăąge de trois ans, je parcourrais les loges et fouillais les valises. Ensuite, j’ai choisi de continuer parce que, comme tous les mĂ©tiers artistiques c’est devenue ma passion. Je fais de la magie mon mĂ©tier depuis quelques annĂ©es maintenant.

Alexis HAZARD et son grand pĂšre PHALSENO

QUELLES SONT LES QUALITÉS NECESSAIRES POUR DEVENIR UN BON MAGICIEN ?

Il faut possĂ©der un certain niveau, ĂȘtre prĂ©cis techniquement mais cela vient avec le travail et les rĂ©pĂ©titions : bien maĂźtriser son domaine pour toujours rester intĂ©ressant . C’est une nĂ©cessitĂ©  d’ĂȘtre rigoureux, non seulement au niveau du travail personnel, mais aussi au niveau professionnel, Il faut ĂȘtre original et crĂ©atif, sans cesse innover et se renouveler pour parfaire son spectacle. Il faut savoir, Ă©galement, s’adapter. Par exemple, je travaille dans beaucoup de lieux diffĂ©rents,( salle de concerts, centre culturels, zĂ©nith, thĂ©Ăątre ou mĂȘme Ă  l’opĂ©ra garnier) je dois savoir m’adapter Ă  tous les types de public, c’est important. C’est le public qui dĂ©cide, qui vous pousse Ă  ĂȘtre meilleur. Enfin, je dirais, qu’une qualitĂ© importante est d’ĂȘtre un bon gestionnaire, j’entends par lĂ   la capacitĂ© Ă  porter une multitude de casquettes et pouvoir se produire seul, ce qui disons le franchement, me fait mieux gagner ma vie.

MAGICIEN C’EST UN MÉTIER FAIT D’AVANTAGES ET D’INCONVÉNIENTS?

L’inconvĂ©nient, c’est que jamais rien n’est acquis, il faut sans cesse se renouveler, chercher des nouveautĂ©s pour surprendre le public qui ne souhaite pas revoir les mĂȘmes numĂ©ros.
Cependant, cet inconvĂ©nient est bien moins important que le bĂ©nĂ©fice escomptĂ©: j’ai fait de ma passion mon mĂ©tier et travailler est un plaisir.

QUEL CONSEIL DONNERIEZ-VOUS AUX JEUNES QUI SOUHAITENT DEVENIR MAGICIEN?

 

Mon conseil aux jeunes qui souhaitent devenir magicien est de persĂ©vĂ©rer dans le travail des tours et numĂ©ros, mais Ă©galement, de poursuivre conjointement leurs Ă©tudes. J’en suis l’exemple, mon cursus scolaire me permet aujourd’hui d’ĂȘtre indĂ©pendant artistiquement et financiĂšrement. Les Ă©tudes ne font pas perdre de temps car elles permettent d’exercer sa passion en parallĂšle. Elles ont un gros avantages c’est que elles me serviront toujours. Qui sait peut-ĂȘtre qu’un jour, je ne ferai plus de magie. Ce jour-lĂ , elles me permettront une reconversion. Elles me servent dans le prĂ©sent pour la gestion quotidienne de carriĂšre et me serviront toujours de sĂ©curitĂ© au cas oĂč.

Retrouvez une nouvelle fois Alexis Hazard sur la scÚne du cabaret les 18 et 19 Mars prochain pour deux repas-spectacle magiques.
Guillaume Cocquerel

Cliquez ici pour noter notre article :
[Total: 0 Average: 0]